mardi 25 octobre 2011

Cadeau gratuit

 

À ma connaissance, les catalogues de vente par correspondance ont été les premiers à introduire l'idée du "cadeau gratuit" :

cadeaugratuit

...et j'avoue trouver cette précision remarquable.
Oui, bien sûr, il s'agit d'une précaution oratoire de vendeur, qui remplacera peut-être, à moyen ou long terme, la mention "sans obligation d'achat".

Mais. Tordre à ce point l'idée de cadeau, de don...


Étonnant ? Pas tant que ça.
Cela dit, le langage vendeur, cynisme inclus, finit trop souvent par entrer dans la langue usuelle.

Aux prochains anniversaires, je ne manquerai pas de préciser "tu peux le prendre, oui, c'est gratuit".

Des fois que.

(Si certains ont davantage de connaissances sur le sujet du "cadeau gratuit", toute précision est la bienvenue : sujet fascinant...)

Posté par urbietorbi à 13:39:29 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Commentaires sur Cadeau gratuit

    le couteau, lors d'un don, s'échange contre une pièce car, a ce qu'il parait, faut pas offrir un couteau.

    Posté par Alexis, mardi 25 octobre 2011 à 14:05:18 | | Répondre
  • Mais oui ! Moi le premier, je donne une pièce symbolique quand on m'offre un couteau ("sinon, ça coupe l'amitié")! C'est vrai, je ne pensais plus à ce cas de figure-là ! je crois que c'est plutôt local, comme tradition. Là, j'aime bien, le cadeau-pas-gratuit.
    D'ailleurs, le fait d'offrir un couteau n'est pas forcément "gratuit" (et je n'entends pas non plus par là que c'est un cadeau hostile.) ça peut vouloir dire "je suis avec toi si il s'agit de te défendre". C'est comme ça que j'ai interprété certains couteaux-cadeaux. Mais bref !

    Posté par François B, mardi 25 octobre 2011 à 14:27:34 | | Répondre
  • M'enfin ! T'as rien compris !

    C'est un oxymore ! une licence poétique ! Les publicitaires comme Ségéla leur maître sont d'abord des poètes !

    Posté par PPleMoqueur, mardi 25 octobre 2011 à 22:23:04 | | Répondre
  • La pièce contre le couteau

    Mon père avait une autre explication que celle poétique de "couper l'amitié". Il prétendait que la raison de l'échange était quasiment juridique qui exonérait le donateur de toute responsabilité au cas ou le receveur commettait un crime avec ce couteau. Ayant été payé, celui qui le lui avait procuré ne pouvait plus être accusé d'avoir armé le bras criminel.
    Je suis pas loin de penser que "mon père avait raison" ...

    Posté par PPleMoqueur, mardi 25 octobre 2011 à 22:41:13 | | Répondre
  • Certes, mais...

    Haha ! En attendant c'est une licence qui se répand, déjà trois-quatre fois que je la croise.
    L'anecdote juridique est intéressante, ça doit être une racine valable ; je vais me renseigner. Mais l'éventualité du crime, dans le domaine de l'échange de cadeaux, finit par nous ramener à la première explication, non ?
    Un copain dézinguerait un quidam avec un objet que je lui ai offert, je le prendrais peut-être pour un manque de délicatesse... Bon, 'faut voir au cas par cas...

    Posté par François B, mardi 25 octobre 2011 à 23:15:01 | | Répondre
  • il n'est pas su fréquent que les cadeaux soient gratuits et que les dons existent sans contre-dons...La coutume du potlatch s'universalise tandis que les rapports humains ne changent pas! l'échange non marchand ne suppose pas la gratuité, au contraire! "cadeau gratuit" serait un tel scoop qu'il serait effectivement nécessaire d'en faire l'annonce!
    quant à la coutume de donner une piècette quand on reçoit un couteau en cadeau,je la connais depuis mon enfance parisienne,je l'ai rencontrée dans lemidi, en angleterre... elle n'est pas "locale"!
    la coutume peut aussi évoluer par l'administraion d'un grand coup de couteau dans le bide pour se saisir du porte-monnaie de la grand-mère,mais nous dépassons,dans cet échange,le cadre de la piécette!
    Cadeau, don, offranden ne donne rien pour rien!

    Posté par orlando, mercredi 26 octobre 2011 à 16:54:14 | | Répondre
  • local ou pas?L'ancienne coutume de poser sans douceur un couteau sur la nuque de quelqu'un en échange de sa tête semble d'origine française...

    Posté par orlando, mercredi 26 octobre 2011 à 16:59:42 | | Répondre
  • et puis, et puis...

    le potlatch des indiens de la côte ouest s'il est bien un cadeau (un présent) il induit un cadeau en retour d'une valeur équivalente...

    Posté par PPleMoqueur, mercredi 26 octobre 2011 à 22:26:07 | | Répondre
  • Avec le morgengabe germanique,le don fait au martin en remerciement de la virginité de l'épouse,nous approchons d'un moment particulier du don, du contre-don. Avec sa fonction affective, pour aller vite. dons et contre-dons fondent une économie de troc, d'abord à l'intérieur du groupe, de la famille, du clan, puis à l'extérieur. Ce commerce fonde les liens affectifs. L'invention de l'argent,puis de la monnaie a permis une avancée vers le monde extérieur. Et la religion,parles offrande a "perfectionné" le système: comme l'amour. En diverses langues, son vocabulaire est celui de l'amour... MAis l'anthropologie a dû avancer depuis mo jeune temps..

    Posté par orlando, vendredi 28 octobre 2011 à 08:05:14 | | Répondre
  • Le cadeau suppose une vraie connaissance de l'autre, sinon il est cadeau à soi-même...

    Posté par amel, samedi 29 octobre 2011 à 21:31:08 | | Répondre
  • Merci !

    Merci à tous pour les contributions ! Je ne pensais pas déclencher tout ça... mais c'est beaucoup mieux que de disserter sur les formules marchandes actuelles !
    Merci pour les références Orlando, plein de pistes à explorer !
    Plutôt d'accord avec vous Amel...

    Posté par François B, dimanche 30 octobre 2011 à 10:59:02 | | Répondre
  • Amel a trouvé le vrai sens du cadeau! Ca ne m'étonn
    e pas d'elle! superbe amel!

    Posté par orlando, dimanche 30 octobre 2011 à 11:36:58 | | Répondre
  • oui, amel, il faut bien connaître l'autre, surtout si on le déteste: offrir des chocolats à l'oncle diabétique,un vélo au cousin paralysé, des revues pornographique au curé et à l'imam: la connaissance de l'autre est indispensable!

    Posté par orlando, dimanche 30 octobre 2011 à 12:16:26 | | Répondre
  • Tu as vu le sketch des Deschiens où Morel tente une médiation entre les représentants de deux tribus en guerre ? Il y a un échange de cadeaux : un tapis contre des bananes...
    (impossible de remettre la main dessus sur le net !)

    Posté par djiwom, lundi 31 octobre 2011 à 14:40:26 | | Répondre
Nouveau commentaire